La fête des pères

La fête des pères

La fête des pères est une fête annuelle célébrée en l’honneur des pères dans de nombreux pays. À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur père, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur père.

La date de la fête des Pères varie d’un pays à l’autre, mais la majorité d’entre eux a choisi de la célébrer en juin.

Histoire

Origine chrétienne

Dans les pays catholiques, on célèbre les pères de famille dès le Moyen Âge à la date du 19 mars, jour de la saint Joseph, ce dernier étant le père putatif de Jésus.

Selon une tradition antique, le culte rendu à ce père adoptif s’est développé dès le ve siècle dans certains monastères égyptiens où est rédigé l’apocryphe Histoire de Joseph le charpentier et où sa fête est fixée à la date du 20 juillet (il demeure inscrit à ce jour au calendrier copte). Le culte de ce saint se répand aussi autour de la « maison de Joseph » depuis au moins le viie siècle1. Ce culte décline à la fin du haut Moyen Âge. Sa fête fixée au 19 mars apparaît pour la première fois en l’an 800 dans un martyrologe gallican abrégé de Rheinau, dans lequel il est appelé Ioseph sponsus Mariae (« Joseph époux de Marie »). Le choix de cette date six jours avant la fête de l’Annonciation est probablement dû à une confusion avec le nom d’un martyr d’Antioche nommé Joseph ou Josippe fêté déjà le 19 mars et également une concordance syncrétique avec les Quinquatries, fêtes religieuses en l’honneur de la déesse Minerve2. Les siècles suivants, il n’est plus simplement connu comme l’époux de Marie mais comme père, Nutritor Domini (« Nourricier du Seigneur »). Son culte auquel l’Église associe traditionnellement la fête des pères se développe au xive et xve siècles (notamment sous l’influence des Franciscains devenus les gardiens de la « maison de Joseph » et dont le chapitre général d’Assise adopte en 1399 sa fête du 19 mars) mais peine à s’imposer car Joseph reste « le grand silencieux de l’Évangile »3. Le pape Sixte IV introduit la fête du 19 mars au Bréviaire romain en 1479 mais la commémoration de cette fête au Moyen Âge reste cependant exceptionnelle et il faut attendre le décret de 1621 du pape Grégoire XV qui en fait une fête de précepte chômée pour l’Église universelle4. La tradition de la fête des pères prend son essor au xixe siècle lorsque se développe la « recharge sacrale » et la dévotion à saint Joseph : le pape Pie IX fixe au troisième dimanche après Pâques la fête du patronage de saint Joseph et le déclare patron de l’Église universelle (décret Quemadmodum Deus (nl) du 8 décembre 1870) tandis que le pape Pie X transfère cette fête au mercredi précédent sous le titre de solennité de saint Joseph en 19145.

Cette date du 19 mars est conservée depuis dans quelques pays de tradition catholique, notamment le Portugal, l’Espagne, l’Italie et les pays d’Amérique latine ayant subi l’influence hispanique.

Fête civile

La première fête des pères non religieuse est créée au début du xxe siècle aux États-Unis. Après plusieurs tentatives, c’est la fête instituée le 19 juin 1910 par Sonora Smart Dodd (en) qui connaît un certain succès. L’institutrice, regrettant qu’il n’existe aucun jour dédié aux pères, contrairement à la Fête des mères, a le désir de rendre hommage à son père qui avait élevé seul ses six enfants après la mort de sa mère. Son choix initial était de célébrer cette fête le 5 juin, jour anniversaire de son père mais le pasteur l’avertit qu’il n’aurait pas le temps de préparer son sermon spécial pour cette occasion, aussi une autre date fut choisie, le troisième dimanche de juin6. Dans les années 1930, Dodd commercialise la fête en proposant d’offrir des cadeaux auprès de vendeurs de vêtements masculins, de débitants de tabac. En 1972, le président Richard Nixon instaure la Fête des pères comme célébration nationale et en fait un jour férié7.

Différentes traditions variables selon les pays se sont développées depuis.

Traditions internationales

Allemagne

En Allemagne, on célèbre la Fête des pères (Vatertag) d’une façon assez différente8,9. On la célèbre toujours à l’Ascension (le jeudi 40 jours après Pâques), qui est un jour férié. Dans certaines régions, on l’appelle Männertag (le jour des hommes), ou Herrentag (le jour des messieurs).

Argentine

En Argentine, la Fête des pères se tient le troisième dimanche de juin ; il y a eu des tentatives pour déplacer la date au 24 août, pour commémorer le jour où le « père de la nation », José de San Martín, était devenu père10.

Australie

En Australie, on célèbre la fête des pères le premier dimanche de septembre ; il n’y a pas de jour férié.

Belgique

En Belgique, on célèbre la fête des pères le deuxième dimanche de juin ; il n’y a pas de jour férié.
Dans la région d’Anvers, elle est fêtée le 19 mars.

Canada

Au Canada, on célèbre la fête des pères le troisième dimanche de juin ; il n’y a pas de jour férié11.

Costa Rica

Au Costa Rica, le Parti de l’unité sociale chrétienne a présenté un projet de loi pour déplacer la fête du troisième dimanche de juin au 19 mars, jour de la Saint Joseph12. C’était pour rendre hommage au saint dont la capitale (San José) tire son nom. Cependant, la date officielle de la Fête des pères reste le troisième dimanche de juin.

Danemark

Au Danemark, on célèbre la fête des pères le 5 juin13. La date coïncide avec la fête annuelle de la Constitution qui est un jour férié.

El Salvador

Au El Salvador, on célèbre la fête des pères le 17 juin.

États-Unis

Aux États-Unis, on célèbre la fête des pères le troisième dimanche de juin. La première célébration a eu lieu à Spokane, Washington le 19 juin 191014.

France

En France, c’est le fabricant de briquets Flaminaire qui a l’idée, le premier en 1949, de créer une fête des pères pour des raisons commerciales. Son directeur, Marcel Quercia, pour aider au lancement de son briquet au gaz dans l’hexagone, lance la fête des pères en 1950, le troisième dimanche de juin, sur le modèle américain, avec le slogan « Nos papas nous l’ont dit, pour la fête des pères, ils désirent tous un Flaminaire »15. La fête est officialisée par un décret de 1952 qui conserve la règle du troisième dimanche de juin. À cette occasion, un comité national de la fête des pères est créé pour instaurer un prix récompensant les pères les plus méritants (les candidats étaient à l’origine désignés par les services sociaux des mairies) ; ce jour dédié aux pères fait ainsi écho à la fête des mères, officialisée en France en 1928. Il n’est pas accueilli sans ironie au pays de Labiche et Feydeau où, selon Evelyne Sullerot, un enfant sur douze testés au test de Jeffreys dans les années 1990 ne serait statistiquement pas de son père présumé16.

Japon

Au Japon, la fête des pères a lieu le troisième dimanche de juin ; ce n’est pas un jour férié.

Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, on célèbre la fête des pères le premier dimanche de septembre ; il n’y a pas de jour férié.

Philippines

Aux Philippines, la fête des pères n’est pas un jour férié, mais beaucoup de gens la fêtent le troisième dimanche de juin. La plupart des Philippins nés pendant les années 1960 et les années 1970 n’ont pas célébré la fête des pères ; c’est un phénomène plus récent, sous l’influence des États-Unis.

Roumanie

Depuis 2010, en Roumanie, la fête des pères a lieu le deuxième dimanche de mai ; la fête est reconnue officiellement par l’État17.

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, on célèbre la fête des pères le troisième dimanche de juin18.

Seychelles

Aux Seychelles, on célèbre la fête des pères le 16 juin ; ce n’est pas un jour férié.

Singapour

À Singapour, on célèbre la fête des pères le troisième dimanche de juin ; ce n’est pas un jour férié.

Suisse

En Suisse, la fête des pères a été introduite en 2007. Elle est encore très peu connue et représente l’encouragement et l’engagement des pères ; ce n’est pas un jour férié. Néanmoins, elle est célébrée au Tessin, le 19 mars. Dans ce canton, c’est un jour férié. Dans le reste de la Suisse, cette fête a généralement lieu le premier dimanche de juin.

Taïwan

À Taïwan, la fête des pères n’est pas un jour férié, mais beaucoup de gens la célèbrent le 8 août, le huitième jour du huitième mois. En mandarin, la prononciation du numéro 8 est . Cette prononciation ressemble à celle du caractère « 爸 » « bà », qui veut dire « Papa » ou « père ». Donc, les Taïwanais sont habitués à appeler le 8 août par son sobriquet, le « Jour de Bābā » (爸爸節).

Thaïlande

En Thaïlande, on célèbre la fête des pères à l’anniversaire du roi19. Le roi Bhumibol Adulyadej(Rama IX), né le 5 décembre 1927, est décédé le 13 octobre 2016 ; la succession au trône est actuellement en attente. Les Thaïlandais célèbrent la fête en donnant au père ou au grand-père une fleur canna (Dok put ta ruk sa), considérée comme fleur masculine. On porte des vêtements jaunes pour rendre hommage au roi, parce que le jaune est la couleur du jour pour le lundi, le jour de la semaine où le roi Bhumibol Adulyadej est né.

Tradition de l’Église catholique romaine

C’est une tradition de l’Église catholique romaine de fêter les pères le 19 mars, la fête de Saint Joseph20. Il est aussi fréquent chez les catholiques d’honorer leur « père spirituel », le prêtre de leur paroisse, à la Fête des pères21.

Tradition Hindoueers la fin août ou le début septembre. C’est fréquent dans les pays avec une majorité hindoue, comme l’Inde ou le Népal.


+++++++++++++++++++